Site Overlay

Les conseils de base pour déguster un bon vin

Déguster un bon vin doit passer par plusieurs étapes. Les œnologues et les sommeliers le savent. Il faut utiliser cette technique pour découvrir la valeur et le goût d’un vin. Même si ce sont souvent les professionnels qui y ont recours, rien ne vous empêche de faire pareil et d’apprendre à déguster un bon vin à votre tour.

Déguster le vin par le regard

Commencez par faire une analyse visuelle d’un bon vin de Bordeaux. Mettez-le sous un éclairage neutre afin de mieux le déguster. Vous devez regarder sa couleur, sa viscosité et sa transparence. Cela ne vous prend même pas 5 secondes. Plusieurs indications concernant le vin sont cachées derrière son apparence. Seulement, si vous dégustez un vin à l’aveuglette, sans aucune inspection avec vos yeux, les seuls indices qui se trouvent sur la bouteille vous permettent de le connaître davantage. Il s’agit entre autres du pourcentage d’alcool qui est présent dans la bouteille, la localité de production et aussi le millésime.

Déguster le vin par l’odorat

Sentez ensuite le vin et ses arômes par olfaction orthonasale, c’est-à-dire par le nez. La senteur du vin doit être appréciée selon différents critères. Pensez, au début, aux odeurs fruitées, comme celles des fruits tropicaux, des agrumes, des fruits du verger, etc. Vous en tirerez d’abord les arômes primaires qui sont issus du raisin. Elles incluent des touches de fleur, les senteurs fruitées et les herbes. Viennent ensuite les arômes secondaires dérivés des techniques de vinification. Ils sont fréquemment tirés de la levure et sont facilement détectables, surtout dans les vins blancs. Ce sont en effet la coque d’amande ou d’arachide, la levure de bière ou encore la croûte fromagère. Puis, vous allez terminer par les arômes tertiaires, les signes de maturité et de vieillissement du vin. Ils sont en général détectés dans les vins en fût de chêne ou ceux déjà mis en bouteille. Particulièrement salés, ces arômes tournent autour du vieux tabac, des épices en cuisine, des noix passées au grill, de la vanille et même de la senteur de noix de coco.

Goûter le vin

Il est grand temps de se lancer à la dégustation proprement dite en avalant une toute petite gorgée. À cet effet, vous devez tester la structure du goût et l’apprécier en tant qu’aigre, sucré, salé ou amer. Ne vous étonnez pas, car tous les vins sont un peu amers de nature, étant donné que les raisins sont tous dotés d’une certaine acidité. D’emblée, très peu de vins ont un goût salé, bien qu’il en existe avec les blancs et les rouges. Votre langue va servir d’outil pour palper le vin et apprécier sa texture. En effet, cette dernière se fait plus sentir si le vin est plus vieux et plus alcoolisé. Sinon, le goût du vin se perçoit en milieu de bouche et à la finale de la dégustation. Autrement dit, le goût lors de la première mise en bouche est différent de celui en fin de dégustation, avant de l’avaler. Aussi, la dégustation d’une telle boisson de qualité doit se faire dans les normes. Et d’ailleurs, cela vous permet d’apprécier son goût et sa particularité.

Rendre le verdict d’appréciation du vin

Toutes ces étapes vous permettent de mieux connaître les vins et d’établir le profil du vin dégusté. Cela peut être mémorisé sur une longue durée afin de servir de leçon de dégustation d’un bon vin. Le verdict fait référence à l’équilibre entre acidité et taux d’alcool. Les spécificités du vin qui vous marquent l’esprit ainsi que son goût vous aident à mieux apprécier sa qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *